L’isolation facile avec Easygreen

L’isolation facile avec Easygreen

Quelques semaines après la tenue du salon écobat à Paris en mars 2014, Votrechaudiere.com a interviewé Mariano Dellantonio, co-fondateur de la société Easygreen, entreprise pionnière sur les constructions en bois/paille.

Présentez-nous brièvement la société Easygreen et sa démarche

Easygreen est une société qui a mis en place un système constructif modulaire en bois et en paille. A travers Easygreen, et c’est une de nos premières volontés, nous fédérons des professionnels de l’habitat bioclimatique et écologique (des architectes, des bureaux d’études, des thermiciens et des monteurs). Je suis responsable technique au sein de cette jeune société qui a été créée fin 2012, mais cela fait près de 30 ans que je fais des maisons bioclimatiques. Je suis en relation avec mes partenaires depuis plus de dix ans pour certains, une vingtaine d’années pour d’autres, donc nous sommes tous dans ce domaine depuis longtemps. L’objectif d’Easygreen est aussi de démocratiser la maison bio-écologique voire passive. En effet notre solution présente des résultats deux fois supérieurs à ce qui est requis pour la RT2012 (la règlementation demande un r sur les parois de 2,8 à 3 alors que nos parois sont à 7,5R ce qui correspond à la RT2020 ou au label Passivhaus).

D’autre part, l’objectif a été dès le départ, dans le travail de mise en place de la société, tant au niveau technique que logistique, de baisser les coûts au maximum pour démocratiser. Nos prix sont aussi relativement bas pour rendre le produit le plus accessible possible.

Quelle place Easygreen accorde-t-elle au développement durable ?

Nous évoluons dans une démarche durable avec une prise en compte de notre bilan carbone. A partir de notre site internet, on peut lancer une simulation de projet grâce à un logiciel qui permet de dessiner son projet et d’obtenir un devis presque immédiatement. Notre système de devis et de commande direct (fournisseurs prévenus automatiquement lors de la commande) nous permet d’économiser 15 à 20% sur les frais généraux de la société. Au niveau sociétal nous faisons travailler des ESAT (établissements de service d’aide par le travail, qui permettent la réinsertion professionnelle de personnes handicapées), ce sont eux qui assemblent nos modules. Nous sommes très présents dans l’est de la France, mais nous essayons de développer un ESAT par région.

S’agit-il d’une démarche personnelle ou bien de toute la société ?

Nous avons été amenés à travailler avec ces centres par volonté personnelle. En effet, je fais le parallèle avec l’insertion depuis près de 30 ans (formations, travail avec entreprises d’insertion…). C’est donc une démarche personnelle et un sujet qui me touche depuis longtemps, mais c’est aussi une démarche collective impliquant tous nos partenaires ainsi que notre principal actionnaire, la société Geico Software. C’est à l’occasion de la rencontre avec cette société informatique qu’on a créé Easygreen. En 2010, je travaillais dans une autre société et nous avons réalisé le siège social de cette entreprise en bois et paille. Ils ont beaucoup apprécié cette démarche et c’est eux qui nous ont permis de fédérer le réseau de professionnels pour lancer Easygreen.

Expliquez-nous plus en détail les innovations de votre système constructif ?

easygreen

Nous avons fait évoluer notre produit pour finalement parvenir à un système où nos modules s’emboitent les uns dans les autres grâce à un système de tenons/mortaises, comme un plancher. Ça nous permet d’avoir un auto-alignement et d’améliorer assez sensiblement les performances thermiques. Nous avions auparavant des problèmes entre les modules puisqu’ils venaient se plaquer les uns contre les autres avec des joints. Aujourd’hui ils s’emboitent les uns dans les autres, ce qui améliore le pont thermique entre deux modules et l’étanchéité à l’air. C’est la principale innovation de notre système constructif : l’assemblage des modules par emboitement ou crabotage.

Ce système est-il adaptable pour des constructions complètes ou fonctionne-t-il aussi pour des rénovations ?

maison durable

Aujourd’hui, on peut réaliser des murs, des toitures (toiture plate ou inclinée, végétalisée ou non), soit l’enveloppe complète du bâtiment. Nous proposons également des planchers, comme pour les projets de maisons sur pilotis. Nous pouvons faire tout ceci sans modifier la structure de nos modules, car dès le départ nous avons conçu les modules pour qu’ils puissent répondre à toutes ces exigences. Avec ces panneaux, on peut en principe tout faire, mais pour l’instant nous sommes limités à du R+2.

Qui sont vos clients directs ? Comment se déroule l’accompagnement d’un porteur de projet ?

Nous sommes contactés aussi bien par des particuliers, que des architectes prescripteurs ou des collectivités. Nous avons l’obligation via notre assurance de fournir une assistante technique (a minima), donc nous accompagnons les clients sur leur projet. Pour les architectes qui arrivent avec des projets déjà dessinés, nous adaptons nos modules standards : nous avons 15 à 20 modules de différentes dimensions pour les murs, les angles, les ouvertures fenêtres, les planchers, les toits…

Quels sont les retours sur les projets déjà réalisés ?

La société a été créée fin 2012 et nous avons passé plus d’un an à développer notre réseau à l’échelle nationale, donc c’est encore tôt pour évoluer sur le long ou moyen terme des projets terminés. Mais j’ai pu visiter des maisons sur lesquelles j’avais travaillé il y a plusieurs années et qui ont fait appel à des modules bois-paille. Elles ont besoin de très peu de chauffage et c’est parfois un message que l’on a du mal à faire passer. Du coup, les personnes tiennent tout de même à installer un poêle à bois ou un système d’appoint alors qu’ils en ont à peine besoin, il faudra couper le poêle après une demi-heure d’utilisation ! Au niveau apport en calorie il faut vraiment des appareils très modestes. Nous préconisons maintenant, notamment via notre réseau de thermiciens, l’installation de murs capteurs sur les façades-sud. Il s’agit d’un mur « solaire » placé derrière une vitre (à 3 cm), ce qui crée un effet de serre et le mur va se chauffer grâce aux rayons solaires et ce sont ces murs qui vont transmettre de la chaleur une fois le soleil couché. On peut ensuite éviter les variations de température à l’intérieur de la maison (entre la restitution de ces calories la nuit et l’ensoleillement de la journée par exemple) via des appareils simples, ce qui permet de quasiment pouvoir se passer de chauffage.

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire